samedi 31 décembre 2011

Adieu 2011 !


J'aime bien faire des petits bilans, aussi, au seuil de cette année 2012, je ne dérogerai pas à cette petite habitude, voici mon bilan 2011 :

Ce que j'ai envie de retenir de 2011 :

  • notre fabuleux séjour de 10 jours à la Martinique, la découverte de la perle des Caraïbes, le catamaran, la plongée, la faune et la flore tropicales, la nourriture créole, l'enthousiasme et la joie de vivre des gens, le soleil, la chaleur, le farniente, les odeurs, les épices, le rhum... Ce voyage a pour moi été le gros gros bonheur de l'année !
  • la naissance de mon petit-neveu Axel, la joie de voir s'aggrandir la famille, la rencontre avec cet adorable petit bonhomme tout sourire et toute joie de vivre ! La joie d'avoir été à son baptême et à cette occasion, d'avoir pu revoir toute ma famille, la joie d'avoir passer un week-end chez ma soeur avec Maman...
  • les vacances d'été à Saint-Malo, le super dimanche au restaurant avec toute la famille pour fêter les 50 ans de mon frère, les 20 ans et 18 ans de ses filles, la partie de boules sur la plage qui s'est terminée en retour précipité à la maison en courant sous la pluie !
  • les débuts à la guitare de mon Philou, le plaisir de le voir motivé et cette capacité qu'il a à s'accrocher pour apprendre tout seul, le plaisir de le voir progresser tout doucettement, mais sûrement !
  • la semaine passée avec nos filleuls... que d'émotions, que de découvertes ! Nous pouvons dire que nous avons vraiment fait connaissance avec eux à cette occasion, et la joie de voir de petits enfants si attachants et pleins de joie de vivre, la joie de voir qu'ils étaient très à l'aise chez nous et avec nous, qu'ils n'aient jamais pleuré et réclamé leurs parents... Le bonheur de faire des activités avec eux, d'écouter leurs mots d'enfants... énormément d'émotions !
  • ma promotion professionnelle... C'était un défi, un vrai challenge pour moi, la douce et gentille, la timide qui n'ose pas, de devoir assister ma collègue dans le management d'équipe. J'ai eu beaucoup de mal au départ, il m'a vraiment fallu prendre sur moi, me jeter à l'eau et me dépasser pour accomplir la tâche qui m'était confiée.. J'ai encore beaucoup de mal avec l'autorité et surtout le fait de devoir oser dire les choses, et je reconnais qu'en cas de problème, je me repose toujours sur ma collègue, mais au bout d'un an, je pense avoir fait quelques progrès, même s'il y a encore du chemin à faire !

Ce que j'ai envie d'oublier de 2011 :

  • la dégradation de l'état de santé de Maman et le fait que l'on soit loin d'elle, trop loin... Je sais que son état empire un petit peu chaque jour, qu'elle devient vraiment faible, ses vertiges m'inquiètent et surtout le fait de la savoir seule dans sa maison... Chaque jour, je m'attends à avoir un triste coup de téléphone... Pourtant, elle est toujours très vive d'esprit et a toute sa tête, c'est vraiment le physique qui la lache, et en même temps, comme elle le dit avec lucidité "il faudra bien...."
  • l'accident de travail de mon Philou et la trouille que j'ai eue quand on m'a téléphoné au bureau pour me dire qu'il était tombé d'une échelle et qu'il était à l'hôpital... le temps qu'il a mis à s'en remettre...


D'une manière générale, mais cela est complètement utopiste, je souhaiterai pouvoir faire un trait sur la misère, la faim dans le monde, le malheur, la maladie, la violence, les guerres, l'hypocrisie, la méchanceté... tout ce qui porte atteinte à l'intégrité et au respect des hommes et des animaux... Je souhaiterai que chacun puisse vivre en paix dans le bonheur... Obtenir tout cela est impossible... Néanmoins, nous pouvons tous profiter chaque jour des petits bonheurs de la vie, c'est ce que je vous souhaite de tout coeur pour 2012 : beaucoup de bonheur et de joies partagées avec tous ceux qui vous sont chers...


Heureuse année 2012 !

jeudi 29 décembre 2011

Rétrospective littéraire


Après ma petite rétrospective musicale de l'aure jour, c'est l'ensemble des ouvrages lus en 2011 que je vais récapituler aujourd'hui... Et comme je note tout consciencieusement, j'ai même un récap par mois !

Voici donc mes lectures 2011 :

Janvier :
- Et que le vaste monde poursuive sa course folle (Colum Mac Cann)
- Un manque d'amour (Pierre Vavasseur)
- France 80 (Gaëlle Bantegnie)
- Encyclopédie capricieuse du tout et du rien (Charles Dantzig)

Février :
- Les amoureux de l'hôtel de ville (Philippe Delerm)
- La douane volante (François Place)
- L'Oulipo (collectif)
- Littérature potentielle (collectif)
- Kafka sur le rivage (Haruki Murakami)
- Le portique (Philippe Delerm)
- Le goût de la Martinique (collectif)

Mars :
- La carte et le territoire (Michel Houellebecq
- Pourquoi Lire ? (Charles Dantzig)
- Une promesse (Sorj Chalandon)

Avril :
- L'ombre du vent (Carols Ruiz Zafon)
- Le trottoir au soleil (Philippe Delerm)
- La bulle de Tiepolo (Philippe Delerm)

Mai :
- La cinquième saison (Philippe Delerm)
- Eloge de la lecture, la construction de soi (Michèle Petit)
- Souvenirs d'un libraire ( Jacques Plaine)
- Le livre des choses perdues (John Connolly)
- La reine Alice (Lydia Flem)

Juin :
- Les femmes qui lisent sont dangereuses (Laure Adler et Stefan Bollmann)
- L'enfant allemand (Camilla Läckberg)
- Man in the dark (Paul Auster)

Juillet :
- Le jeu de l'ange (Carlos Ruiz Zafon)
- Lettres à mon libraire (collectif)
- Blake et Mortimer, Le secret de l'espadon 1, 2 et 3
- Blake et Mortimer, Le mystère de la grande pyramide 1 et 2
- Les femmes qui évrivent vivent dangereusement (Laure Adler et Stefan Bollmann)

Août :
- Un cercle de lecteurs autour d'une poêlée de châtaignes (Jean-Pierre Otte)
- A l'ombre des remparts (Michèle Foulain)
- Sundborn où les jours de lumière (Philippe Delerm)
- Un été pour mémoire (Philippe Delerm)
- La sombra del viento (Carols Ruiz Zafon)
- Pieds nus sur les limaces (Fabienne Berthaud)
- Il avait plu tout le dimanche (Philippe Delerm)
- Dernière adresse (Hélène Lechatellier)
- Toxique (Françoise Sagan)
- Vivement l'avenir (Marie-Sabine Roger)
- Le cimetière des poupées (Mazarine Pingeot)

Septembre :
- Boris Vian, ah, si j'étais pohéteû (Marc Lapprand et François Roulmann)
- Le Paris de Sartre et Beauvoir (Jean-Luc Moreau)
- Rosa Candida (Audur Ava Olafsdottir)
- La bicyclette rouge (Kim Dong-Hwa)
    tome 1 : Yahwari
    tome 2 : Les roses trémières
    tome 3 : Les mères
    tome 4 : Et de nouveau le printemps
- The constant gardner (John Le Carre)
- The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society (Mary Ann Shaffer et Annie Barrows)

Octobre :
- Marina (Carlos Ruiz Zafon)
- Anti-manuel de littérature (François Bégaudeau)
- Zonzon tête carrée (Ina Césaire)

Novembre :
- Le fait d'habiter Bagnolet (Vincent Delerm)
- Petite géographie intime (M. et Ph. Delerm, A et D. Convard, J. Chaboud, L. Marival, C. Robin)
- Petite brocante intime (M. et Ph. Delerm, A et D. Convard, J. Chaboud, L. Marival, C. Robin)

Décembre :
- El principe de la niebla (Carlos Ruiz Zafon)
- Bonbons assortis (Michel Tremblay)
- A ce soir (Laure Adler)
- Autumn (Philippe Delerm)
- Indignez-vous ! (Stéphane Hessel)
- La délicatesse (David Foenkinos)
- Les souvenirs (David Foenkinos)
- La mauvaise conscience (Suzanne Allen) (pas encore tout à fait terminé !)


Les titres indiqués en rouge sont ceux que j'ai vraiment appréciés et je trouve que c'est une bonne moyenne sur la quantité lue en un an... Août fut un bon cru, et je termine bien l'année. Mon regret est de ne pas avoir eu le temps de lire tout ce que je voulais, ma "Liste à lire" est encore phénoménalement longue et ne cesse de grandir ! En fait, elle s'allonge plus vite que je ne l'épuise, mais il y a tant de choses à découvrir... Et je dois avouer que l'abonnement médiathèque incite également à prendre plein de choses qui sont à lire en priorité puisqu'à rendre dans un délai d'un mois... Si je vous disais le nombre de livre m'appartenant que je n'ai pas encore lus et qui m'attendent !!!
 
En tout cas, je suis certaine que 2012 sera également riche de découvertes, en tout cas, j'ai toujours mon petit carnet de choses à lire sur moi, et toujours également, un bouquin en cours dans mon sac !
 
Bonne lecture !

lundi 26 décembre 2011

Des petites choses qui font plaisir...

Par choix, nous avons décidé cette année, de passer un Noël seuls, en amoureux, et comme l'an dernier, nous nous étions fait plaisir en nous offrant de très beaux cadeaux (et l'année d'avant également d'ailleurs), nous avons décidé cette année, de nous offrir de menus plaisirs... Et bien souvent, ces plaisirs ne sont pas si menus que cela, il suffit de viser juste !

Je peux donc dire que j'ai été gâtée puisque ces deux cadeaux me font royalement plaisir !

- Un coffret de thés Lov Organic comprenant une jolie tisanière (la tasse qu'il manquait encore à mon actif !), une boîte de thé "détox" (super pour le régime que je commence le 2 janvier !) et un paquet de thé "Genmaïcha" (spéciale dédicace à Melle Shang qui me l'a fait découvrir, je confirme, il est excellent !)...



- "Mon Kakebo". Au Japon, le Kakebo, est un cahier-agenda de comptes journalier dans lequel on y reporte toutes les dépenses du ménage... Alors, en ce qui me concerne, les comptes, je les tient, certes journalièrement, mais plutôt de manière informatique, avec budget prévisionnel, journal, état de rapprochement... Toutefois, ce livre de comptes peut également servir de journal quotidien dans lequel on peut noter tout ce qui se passe... Vous connaissez ma passion de noter tout sur des carnets ? Eh bien grâce à ce Kakebo, je noterai tout de même les dépenses, soit, mais également les petites anecdotes du jour puisqu'il s'agit d'un agenda dans lequel on peut tout noter, j'aime le concept !


Nous passons donc nos vacances de fin d'année tout seuls à la maison, en profitons pour nous reposer, regarder des films, bouquiner, papoter, bien manger, nous balader, refaire le monde autour d'une bonne bouteille...... Mais je dois dire que nos proches nous manquent tout de même, particulièrement ma Maman à laquelle je pense beaucoup, mais je sais qu'elle est entre de bonnes mains chez mon frère et ma belle-soeur où elle essaye de se remettre de ses récents problèmes de santé... Il nous tarde également de fêter Noël avec nos filleuls chéris que nous allons retrouver le week-end du 15 janvier... Il nous tarde !

samedi 24 décembre 2011

Un très joyeux Noël à toutes et tous !


vendredi 23 décembre 2011

Rétrospective musicale

J'ai emprunté 168 CD à la métidathèque en 2011 ! Une jolie récolte constituée d'écoute de nouveautés, souvent liées aux critiques lues dans tel ou tel magazine ou de tel ou tel blog, mais aussi d'emprunts "à l'aveuglette", juste parce que c'était là, devant moi et que la pochette, le titre de l'album ou le nom de l'artiste m'interpellaient ! Des ré-écoutes également, de petites choses que je connaissais déjà mais que j'avais envie de ré-écouter...


Voici donc, en cette fin d'année une petite liste de ce qui m'a émue, emportée, fait vibrer cette année...

Tout d'abord mon top 5, c'est-à-dire ce qui m'a vraiment marquée :

1/ Mélanie Pain : My name
2/ Brigitte : Et vous, tu m'aimes ?
3/ Théodore, Paul et Gabriel : The silent veil
4/ Camille : Ilo veyou
5/ Zaza Fournier : Regarde-moi

...... Ben ouais.... que des filles ! la classe non ?

Mais j'ai également beaucoup aimé (je ne remets pas la liste des 168 CD écoutés, sinon je ne m'en sors pas !) :

- Alexis HK : Belleville
- Joseph d'Anvers : Les choses en face
- Marie Cherrier : Ni vue ni connue
- Charlie
- Amélie-les-crayons : La porte-plume
- A Boris Vian : collectif, reprise des succès de Boris Vian
- Claire Denamur
- Clarika : Moi en mieux
- Cécile Hercule : La tête à l'envers
- Albin de la Simone : Je vais changer
- Le chien d'en face : Temps d'homme
- Claire Diterzi : Boucle
- Bertrand Belin : La perdue
- Jeanne Balibar : Panamour
- Arnaud Fleurentdidier : Portrait du jeune homme en artiste
- Les filles sont folk : compilation
- Constance Amiot : Fairytale
- Lhasa : La llorona
- The rodeo : Music Maelström
- Bishop Allen : Grrr
- Kings of convenience : Quiet is the new loud
- Arnaud Fleurentdidier : La reproduction
- Florent Marchet : Rio baril
- Kings of convenience : Riot on an empty shot
- Franck Monnet : au grand jour
- Rose : Les souvenirs sous ma frange
- Alex Beaupain : 33 tours
- Babet : Piano monstre
- Benjamin Biolay : La superbe
- Peter Von Poehl : Going to where the trees are
- Brune
- Lilly wood and the pricks : invicible friends
- Alex Beaupain : Garçon d'honneur
- Claire Diterzi : Rosa la rouge
- Hugo : La nuit des balançoires
- Clara d'Avril : Et c'est tout
- Robin Leduc : Hors-pistes
- Agnès Obel : Philharmonics
- Camille Bazbaz : Sur le bout de la langue
- L : Initiale
- Florence & the Machine : Lungs
- Austine : Le calendrier
- Cocoon : Where the ocean ends
- Florent Marchet : Gargilesse
- Pierre Lapointe : Sentiments Humains
- Agnès Bihl : Rêve générale
- La patère rose
- Tricot machine : la prochaine étape
- Angus & Julia Stone : Down the way
- Pierre Lapointe : Seul au piano
- Le swing en chansons : collectif
- Mélanie Laurent : en t'attendant
- Alain Chamfort : impromptus dans les jardins du Luxembourg
- Jérôme Van Den Hole

Voilà, si vous cherchez des idées écoutes, lâchez-vous !

mardi 20 décembre 2011

Petites choses en vrac...

Petite moisson de CD à la médiathèque, à écouter tranquillou en se cocoonant bien au chaud :

- La maison bleue, succès de Maxime le Forestier chantés par la "nouvelle scène française", sympa...
- Lhasa, "the living road"... parce que j'adore...
- Sandrine Kiberlain, "Manquait plus qu'ça" et "Coupés bien net et bien carré", parce que j'aime beaucoup Sandrine Kiberlain (adorée en particulier dans "Mademoiselle Chambon" et "Romaine par moins 30") et que j'ai apprécié son grain de voix quand elle a chanté avec les Enfoirés... Eh bien pas déçue du tout par le résultat de ces deux albums. Cela lui ressemble, elle chante juste avec une jolie voix, les textes sont sympas...
- Eva Marchal ("mon ballon rouge") et Cours lapin ("cours lapin") : deux découvertes qui valent le détour, ce qui me conforte dans mon mode de fonctionnement de choix de CD, à savoir, y aller au feeling, à la couverture, au titre.... j'ai rarement été déçue par mes emprunts inconnus !


Le nouveau Muze est sorti et j'en ai déjà quasiment terminé la lecture. Toujours foisonnant d'articles super intéressants (dont un très bon dossier sur la danse), quand on l'a commencé, on ne peut pas le lacher ! A noter, l'illustration de la couverture réalisée par Bastien Vivès, auteur de Polina...


Deux nouveaux marque-pages s'ajoutent à ma collection ! Pour info, cette série, que j'aime beaucoup, est réalisée par une jeune illustratrice strasbourgeoise, Anne Laval, et éditée aux Editions de Mai à Marlenheim.
  



Sinon, j'ai fait les courses de Noël ce matin, j'ai voulu y aller tôt, dès l'ouverture des magasins, pour éviter la foule, eh bien c'était déjà la folie, et que je te bouscule, et que je ne regarde pas où je vais, et que je veux te passer devant à la caisse... Pfff, les gens sont dingues ! Enfin ça y est, j'ai tout, maintenant je peux hiberner jusqu'à la reprise du boulot, le congélateur est plein et les cadeaux sont achetés, ouf !

P.S. : j'ai commencé à lire le livre de ma tante... C'est incroyable ce que je me retrouve en elle pour certaines choses, j'ai parfois l'impression qu'elle parle de moi lorsqu'elle parle d'elle, c'est troublant... Et l'écriture est très belle, j'aime beaucoup. Pour l'instant, je n'ai rien découvert de traumatisant, mais je n'en suis encore qu'à la petite enfance... A suivre...

lundi 19 décembre 2011

Let it snow !

La neige est arrivée en fin de nuit ! Vu la douceur des températures que nous avions depuis quelques temps, je commençais à désespérer de la voir et surtout de ne pas en avoir pour Noël... Quelle joie de commencer ces vacances de Noël sous un joli manteau blanc, pas très épais certes mais espérons qu'elle tombe de nouveau la nuit prochaine !


Et puisque c'est bientôt Noël, voici quelques photos-déco...





  



jeudi 15 décembre 2011

Délicieuse découverte musicale !

Théodore, Paul et Gabriel..... C'est le nom de ce groupe tout récemment découvert, mais attention, derrière ces prénoms masculins, se cachent trois belles enchaînant des airs folks d'une voix légèrement éraillée, et c'est du pur bonheur à écouter ! Après la belle surprise des Brigitte, cette découverte est mon coup de coeur du moment. Leur EP "The Silent Veil" (5 titres) est sorti il y a quelques jours et je ne me lasse pas de l'écouter. Si vous ne connaissez pas, allez vite les écouter, par ici par exemple :  Clic ici
... ou en écoute sur Deezer, ou mieux, en achetant l'album !

mercredi 14 décembre 2011

Deux sorties ciné très prometteuses

Voici deux films que j'irai volontiers voir durant mes vacances...

Hugo Cabret, pour l'histoire, pour l'ambiance, pour les décors, parce que c'est certainement un conte à voir à Noël !... Et puis curieuse de voir Scorsese dans ce registre-là.
Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé - en forme de cœur - qui pourrait le faire fonctionner. En rencontrant Isabelle, il a peut-être trouvé la clé, mais ce n’est que le début de l’aventure…




Des vents contraires... Parce que j'ai adoré le livre d'Olivier Adam, parce que ça se passe à Saint-Malo (ma terre, mes racines), parce que Benoît Magimel, Isabelle Carré, Antoine Duléry, parce que ...........
La vie de Paul bascule le jour où sa femme Sarah disparait subitement. Après une année de recherches infructueuses, Paul est un homme brisé, rongé par le doute et la culpabilité. Sa dernière chance est peut être de tout reprendre à zéro : déménager avec ses 2 enfants à Saint-Malo, la ville où il a grandit. Mais des rencontres inattendues vont donner à ce nouveau départ une tournure qu’il n’imaginait pas.


mercredi 7 décembre 2011

Lecture probablement très difficile...

Il n'en subsistait aucun exemplaire dans la famille... Cela faisait un bon moment que la perspective d'acquérir ce livre me tarabustait... J'ai eu du mal à le trouver, mais je l'ai trouvé : une version originale de 1955 avec à l'intérieur, un petit mot de l'auteur à son éditrice...


Mais commençons par le commencement...

J'avais une tante (soeur de papa) qui était écrivain. Elle écrivait des romans, des essais, des poêmes, des oeuvres philosophiques et était publiée chez Gallimard. Elle est décédée en 2001. Je l'ai très peu connue. Pourtant, le si peu que je l'ai vue, c'était chez mes parents qui l'avaient accueillie à bras ouvert lors d'un court séjour chez nous, je devais avoir 12-13 ans. Cette visite chez nous est le seul souvenir que j'ai d'elle, mais je m'en souviens très bien. Je garde le souvenir d'une femme élégante, extrêmement cultivée, posée et en même temps un peu excentrique. Avant de partir, elle m'a offert un livre, "Le loup des mers" de Jack London. Pour moi, recevoir un livre d'elle était le plus beau des cadeaux, il ne s'agissait pas d'une de ses publications mais j'ai compris plus tard pourquoi ses écrits n'étaient pas accessibles à une pré-adolescente ! Après ce séjour, je ne l'ai plus jamais revue, et aujourd'hui, avec le recul, je le regrette... Je regrette également de ne pas avoir correspondu avec elle, gardé un contact ne serait-ce qu'épistolaire. J'aurais aujourd'hui tant de choses à lui demander, tant de questions à lui poser, j'aurais tant aimé en savoir plus sur elle, car j'ai l'impression que je tiens beaucoup de choses d'elles. Mais voilà, cela n'a pu se faire, et l'on ne peut pas revenir en arrière, la vie est ainsi faite de regrets, de choses auxquelles on ne prête pas forcément intérêt à un moment donné et qui, en mûrissant prennent toute leur importance...

Suzanne a vécu son enfance en province et a fuit assez tôt le domicile parental pour s'installer à la capitale. A priori, elle avait des idées très tranchées et était en avance sur son temps dans sa façon de penser, d'envisager et de vivre les choses, et à l'époque, cela était très mal vu. Elle est donc devenue écrivain, a été remarquée par Queneau et Paulhan et donc publiée chez Gallimard. Elle a également été membre du groupe surréaliste révolutionnaire dont faisait entre autres partie Aimé Césaire. Elle avait également des affinités avec les écrivains de l'Oulipo (Queneau donc) et les artistes de l'Oupeinpo (Ouvroir de Peinture Potentielle) dont elle était elle-même membre. Elle a d'ailleurs partagé sa vie avec un artiste peintre, ils habitaient tous deux un loft à Paris au centre duquel poussait soit-disant un arbre ! Ils ont mené une vie de bohême, d'artiste... Peu connue, ses livres ne se vendaient pas comme des petits pains, et pour boucler les fins de mois, elle était critique littéraire dans divers journaux et magazines. A priori, elle n'a jamais eu d'enfant...

Voilà tout ce que je sais d'elle... pour l'instant. Depuis quelques temps, j'ai envie de découvrir son oeuvre. Maman à qui j'avais posé quelques questions, tout d'abord pour savoir s'il y avait encore quelque part dans la famille des exemplaires de ses livres (elle n'est plus éditée actuellement), m'avait indiqué que ses écrits étaient plutôt bizarres, libertaires même. En faisant des recherches, j'apprends que son premier roman, "La mauvaise conscience", publié en 1955, est en fait plus ou moins une autobiographie dans laquelle elle trace un portrait au vitriol de son père. J'ai eu du mal à la trouver, mais je l'ai trouvée : une édition originale d'époque.

Maintenant, il faut que je trouve le "courage" de me lancer dans sa lecture. J'en ai envie bien sûr, mais j'ai un peu peur de découvrir des secrets de famille, des choses que je ne devrais peut-être pas savoir, au risque d'en être perturbée... En fin de compte, je sais peu de choses sur ma famille paternelle, je sais que les enfants ont été élevés à la dure, je n'ai jamais connu mon grand-père qui était décédé bien avant ma naissance, quant à ma grand-mère, elle n'était pas très affectueuse, pas très causante, c'était même une femme dure. J'étais encore adolescente quand elle est décédée... Et en même temps, comme je le disais plus haut, je sens en moi des traits de caractère de Suzanne, il y a des "choses" difficilement explicables, que l'on sent en soit, comme ça, sans savoir d'où ça vient, sans savoir pourquoi, et je me dis que la clé est peut-être là... alors je veux en savoir plus, je veux comprendre.

mardi 6 décembre 2011

La bicyclette rouge

Je ne m'étais encore jamais "frottée" à ce genre de lecture, mais en voyant les couvertures des 4 tomes, le joli titre et ce qui semblait s'en dégager, je me suis volontiers laissée embarquée par "la bicyclette rouge" de Kim Dong-Hwa.

La bicyclette rouge est un manwha, un manga coréen dont le personnage central, un jeune facteur, fait le lien entre les habitants du village de Yahwari. Sa présence quotidienne auprès d'eux, des personnes âgées pour la plupart, les réconforte. La visite du facteur est le rayon de soleil de ces personnes, la perspective heureuse de recevoir un courrier d'un être cher, d'autant que ce jeune homme ne se cantonne pas à son rôle de postier : toujours présent pour rendre service ou transmettre un message, il est également une oreille attentive à tous.

C'est tout frais, plein de poésie, de sagesse, de philosophie, on se laisse transporter par les rêveries du jeune homme qui sait prendre le temps de vivre tout en exécutant avec grande conscience sa tâche quotidienne... On s'arrête avec lui sur le bord du chemin pour admirer un paysage, voir se transformer la nature au fil des saisons, écouter un oiseau chanter... Chaque habitant du village à une histoire particulière et on en retire beaucoup de leçons de vie face à l'humilité et aux valeurs fortes de chacun. Ce village semble un peu hors du monde, hors de la vie trépidante des grandes villes, hors du profit et de l'individualisme... Cette BD a pour moi été une grande bouffée d'oxygène à chaque découverte des petits plaisirs simples de la vie de ces coréens se contentant de peu.

J'ai eu la chance de pouvoir emprunter à la médiathèque les 4 tomes d'un coup et je n'ai pas pu les lâcher ! Je me suis notée les numéros de pages des histoires qui me touchaient le plus et y suis retournée à plusieurs reprises pour m'imprégner de cette philosophie... A découvrir absolument !

vendredi 2 décembre 2011

Le fait d'habiter Bagnolet

L'actualité delermienne étant très foisonnante en ce moment (une pièce de théâtre, un livre de photographies et un livre-CD pour enfant pour Vincent, un nouveau livre pour Philippe), j'ai eu envie de découvrir la toute première pièce de théâtre de Vincent Delerm, "Le fait d'habiter Bagnolet".

Le titre est tout à fait delermien non ? Vincent aime bien utiliser les lieux parisiens dans ses textes : il y a eu "ben en fait j'viens d'Levallois", "quand on rentre le dimanche soir à la porte Champerret", "je prenais tous les soirs le bus pour Clichy", "l'appartement Courbevoie, le papier-peint orangé", "emportez-vous à Maison-Lafitte, ce Boris Vian en 10/18", "un vendredi après-midi, nous étions encore à Saint-Cloud", "en mille neuf-cent quatre-vingt-trois, ici à Châtenay-Malabry".... Je vous fait grâce des noms de rues et de quartiers !

Bref, le titre me plaisait déjà et j'ai d'abord voulu découvrir le texte de la pièce. J'ai adoré, puis je me suis demandé comment un tel texte pouvait être mis en scène. L'histoire est simple : un couple, Simon et Alice tout récemment "formé" se retrouve dans une pizzeria quelques jours après leur première rencontre chez une amie commune. Ce dîner est pour eux l'occasion de faire plus ample connaissance et d'envisager l'avenir de leur relation. Il y a des anecdotes, des souvenirs, des références, des suppositions, des réflexions souvent drôles... On entre dans le début de l'histoire d'amour de ce couple. C'est à la fois tendre et pertinent, banal et recherché... Le texte est beau car Vincent Delerm utilise des mots et des tournures de phrases qui ne sont qu'à lui et qui me parlent.

Seulement voilà, les deux protagonistes n'échangent aucun dialogue... Le texte est constitué de ce qu'ils pensent à tour de rôle, sans toutefois l'exprimer à l'autre. Ma curiosité a donc été piquée à vif et j'ai donc regardé le DVD. Je n'ai pas été déçue du tout, j'ai trouvé la mise en scène parfaite et bien ficelée. Sophie Lecarpentier qui a effectué la mise en scène a sur retranscrire les émotions des personnages en mélangeant habilement monologues et dialogues, mises en scène cocasses, bruitages et décor. Les comédiens sont par ailleurs très bons !

Vous pourrez fort bien me dire que je ne suis pas objective puisque pour moi, tout ce qui émane de Vincent Delerm est parfait, mais tout de même, c'est une bonne petite pièce de théâtre ! Il me tarde de découvrir son prochain spectacle "Memory" dans lequel, à l'inverse du "Fait d'habiter Bagnolet", il sera sur scène...



 

mardi 29 novembre 2011

Dernière créa...

J'aime bien avoir mes filleuls en photo près de moi dans le salon et je change les photos régulièrement au gré de mes envies et au gré de leurs changements aussi !

Voici ma dernière petite création : les Louloux avec des "Philibert" qui se bécotent sur leur tête !

mercredi 16 novembre 2011

Mook ou Magabook ? Boozine peut-être...

Un petit nouveau est arrivé dans les kiosques (ou les librairies plutôt)... A mi-chemin entre le magazine et le livre (d'où le titre de mon article vous l'aurez deviné), Feuilleton est un bel objet d'un peu moins de 300 pages regroupant des reportages journalistiques, des textes d'écrivains et de très belles illustrations, le tout ayant trait à l'actualité, et sans pollution publicitaire, ce que j'apprécie tout particulièrement, et avec en prime un bon format et une bonne qualité de papier.

Voici un excellent moyen de se plonger dans l'actualité sous une forme plus littéraire que la presse, plus agréable, plus approfondie. Je n'ai pas encore terminé ma lecture de ce premier numéro mais je suis très enthousiaste, les sujets traités m'intéressent beaucoup et le style d'écriture aussi.

Voilà, faire un petit peu de promotion pour ce nouveau-venu dans la presse me fait plaisir car il a su me convaincre.

Feuilleton, Muze..... la nouvelle presse me plait décidément beaucoup !

mercredi 26 octobre 2011

Les carnets, les cahiers et moi...

... Une grande histoire d'amour !

Il y a quelques jours, j'ai participé à une formation au cours de laquelle l'animatrice nous a demandé de noter sur une feuille de papier, à quel objet nous faisait penser notre voisin de gauche ! J'étais assise à la gauche de ma collègue/chef avec qui je travaille depuis dix ans et avec laquelle j'ai connu tous les bouleversements  d'évolution, fusion et autres changements de notre boîte. Elle a noté sur sa feuille de papier : "cahier".

Elle me connait bien cette collègue... Je lui fait penser à un cahier... et pour cause ! Je ne peux me passer d'eux et de leurs petits frères les carnets ! Il m'en faut de toutes sortes pour noter tout et n'importe quoi, pour coller des bouts de magazines ou de journaux, pour me rappeler, me souvenir. Je ne les trimballe pas tous avec moi, sinon il me faudrait un caddy ! La plupart restent à la maison et je les complète au gré de mes diverses lectures. Un seul me suit partout, le MyMemoriae de Quo Vadis, vous comprendrez pourquoi en découvrant à quoi il me sert.



1- Petit cahier dans lequel je colle tous les articles de presse qui m'intéressent (musique, culture, littérature, voyages...  j'y colle aussi des photos, des pubs qui me plaisent, etc...)

2- Grand cahier que j'ai intitulé "cahier d'inspiration / cahier de rêves". Dans celui-ci, je colle exclusivement les photos découpées dans les magazines de décoration qui me font rêver ! Je n'ai d'ailleurs preque plus de pages tant il est rempli de "ma maison idéale" ! La plupart de ma source d'inspiration provient de "Maisons de campagne" et "Campagne décoration".

3- Grand cahier "très personnel". J'y note dedans tout ce qui me passe par la tête, les choses que j'ai envie d'écrire comme ça, au hasard... C'est aussi l'endroit où je raconte au jour le jour nos divers périples tels que le dernier séjour à la Martinique, pour ne rien oublier et me souvenir de tout. J'y note aussi tout ce que je trouve lors de mes recherches sur ma tante qui était écrivain/féministe/philosophe publiée chez Gallimard. J'étais encore enfant quand elle s'est éteinte et elle était peu connue du grand public, le trop peu que je sais de son histoire me fascine, et j'ai donc entamé des recherches sur sa vie et son oeuvre.

4- Petit cahier à la couverture "à l'ancienne" : j'y note la définition de tous les mots qui me sont inconnus et que je découvre au fil de mes lectures. Cela va de "cacique" à "sérendipité", en passant par "pétrichor" et "propédeutique". Je ne peux poursuivre la lecture d'un livre si je ne comprends pas l'un de ses mots, et comme la plupart du temps, je trouve ces mots jolis, j'ai envie de m'en souvenir, alors je les note, ainsi que leur définition !

5- Mon fameux "MyMemoriae" : c'est celui qui me suit partout. Un petit Quo Vadis à onglets. Chaque onglet a sa spécificité. J'y note donc les courts extraits de livres qui m'interpellent, des citations qui me touchent, les livres que je voudrais lire, les disques que je voudrais écouter et j'y ai également entamé une rubrique "expressions familiales" dans laquelle je répertorie au fur et à mesure où elles me reviennent à l'esprit, toutes les expressions ou petites phrases que mes parents avaient coutume d'utiliser. Si cela vous intéresse, je ferai prochainement un petit article sur ces fameuses expressions, désuètes pour la plupart d'entre elles ! Ce petit carnet me suit quant à lui partout car j'ai besoin de lui lorsque je vais à la médiathèque, c'est-à-dire souvent !

6- Petit carnet à utiliser recto et verso ! Au recto, j'y note, par année et par mois, tous les livres lus, et au verso, tous les CD écoutés (comment ça je suis maniaco-maniaque ??). Je lis et écoute tellement, que j'ai besoin de noter pour me souvenir de tout ce que j'ai découvert !

7- Petit carnet de découvertes touristiques et gastronomiques : j'y note tous les endroits à visiter, à voir, les restaurants à découvrir, les bistros à fréquenter, les ferme auberge où aller, les gîtes ou dormir.... Quel que soit l'endroit, au cas où on irait là-bas un jour ! Je note cela au fur et à mesure de mes lectures bloguesques et magazinesques !

8- Petit carnet de choses à faire : c'est un petit carnet Comptoir de Famille que m'avaient offert mes collègues de bureau. J'y note tout ce que j'envisage de faire, notamment au niveau des créas. La plupart du temps ce sont des idées qui me viennent comme cela, au hasard de mes inspirations mais que je réalise la plupart du temps. Quand c'est fait, j'écris "OK" à côté !


Voilà, vous savez tout de mon histoire d'amour avec les carnets et cahiers, et je reconnais aisément que cela peut éventuellement relever du psycho de vouloir ainsi tout noter dans des endroits différents, quand je pourrais avoir juste un gros cahier où je mettrai tout cela en vrac... Mais non, j'aime mes petits carnets et ne ne pourrais pas m'en passer. Et cela fait désormais vraiment partie de ma personnalité puisque "cahier" est le mot qui est de suite venu à l'esprit de ma collègue quand il a fallu qu'elle trouve un objet qui me représente !

vendredi 21 octobre 2011

Ilo veyou

Fan de Camille depuis la première heure, j'ai découvert avec plaisir et émotion son dernier album, "Ilo veyou", très joli titre, plein d'amour !

Camille a toujours ce petit je ne sais quoi d'étonnant, d'extravagant, d'extraordinaire, de facinant, tout simplement de "pas banal" que j'aime tant et je trouve qu'il y a une évolution dans ses albums, on sent qu'elle façonne, qu'elle travaille ce je ne sais quoi de novateur. Sa voix cristalline est envoûtante et on ne peut être que bouleversé à l'écouter, la regarder, elle dégage un truc spécial ! Je l'ai encore vue et écoutée dans "C à vous" hier soir, et j'étais scotchée devant l'écran, j'étais définitivement ailleurs ! Merci Camille...

Voici la vidéo de l'émission :


lundi 17 octobre 2011

Ma dernière créa couture

Je vous présente Philibert !
Pourquoi Philibert ? Parce que depuis le mois de mars, un charmant pinson des bois vient chaque matin et chaque fin d'après-midi se poser sur le faîte de la maison d'en face et nous chante sa merveilleuse sérénade. On a fini par s'habituer à ce joli petit oiseau au chant si pur... Chaque matin depuis la belle saison, nous ouvrions le vélux avant de nous lever, pour apprécier chaque note de son chant, on pouvait même le voir par la fenêtre ! J'ai souvent espérer qu'il vienne se poser sur le bord de la nôtre. On a fini par décider de lui donner un prénom (ce qui n'étonnera sans doute pas les personnes qui me connaissent bien puisque j'ai coutume de baptiser mes plantes et souvent également les petites bébêtes), et d'un commun accord avec mon Philou, nous l'avons prénommé Philibert. C'est encore un peu l'été indien chez nous, et il vient encore de temps en temps se poser sur le toit, mais il vient plus tard le matin et plus tôt en fin d'après-midi vu que les jours raccourcissent, et je me suis dit que bientôt, les températures automnales arrivant et l'hiver approchant, nous ne le reverrions plus jusqu'à la prochaine belle saison.

Alors j'ai fabriqué un petit Philibert sur sa branche, suspendu à un petit nuage. Mon Philou a raison, il ressemble plus à une petite poule qu'à un pinson, mais cela me donnera l'illusion d'avoir mon Philibert tous les jours avec moi à la maison, même si, malheureusement, celui-ci ne chante pas !

dimanche 16 octobre 2011

Léonard a une sensibilité de gauche...

J'en parlais quelques articles plus bas, et il sortira le 2 novembre en librairie, voici la vidéo-promo du prochain "Album-CD" de Vincent Delerm, "Léonard a une sensibilité de gauche"..... avec en plus, la voix de Jean Rochefort que j'aime tant !

Il me tarde de l'écouter !


vendredi 14 octobre 2011

Coup de coeur musical

Elle a écumé le parvis de Beaubourg, un accordéon autour du cou avant d'être remarquée pour sa gouaille de Titi parisien... Son premier album avait d'ailleurs des accents de gouaille de Paname.

Son deuxième album est mon coup de coeur musical du moment et confirme le talent de cette jeune artiste. Entre intonations seventies et accents à la Lio de banana split, twists endiablés et faux-airs de Muriel Moreno (Niagara), rengaine années soixante sur fond de choeurs "ouuuh ouah ouah ouah", synthé années 80 et morceaux plus personnels... sa musique me transporte, ses paroles me font rire ou me touchent, bref, en ce moment, je l'emporte partout avec moi et je ne me lasse pas de l'écouter en boucle !


Je vous invite, si vous ne la connaissez pas encore, à découvrir Zaza Fournier !



samedi 8 octobre 2011

Lapsang Souchong

Tout comme je suis amatrice de bons cafés, je suis également amatrice de très bons thés, et j'ai découvert il y a peu de temps, le thé fumé. En fait, je lisais "un cercle de lecteurs autour d'une poignée de châtaignes" (titre alléchant non ?), et le narrateur/auteur, Jean-Pierre OTTE, disait dans un passage du livre, avoir bu du thé fumé et que c'était étonnant.

Moi aussi cela m'a interpellée ! Que pouvait bien être le thé fumé et quel goût pouvait-il avoir ? Effectivement, je pense que cela devait être une expérience intéressante. Je m'en suis donc procuré et là, surprise ! A n'en pas douter, c'est un goût surprenant. Je ne saurais trop décrire la saveur, peut-être celle du jambon fumé ? L'odeur quant à elle me rappelle ce que l'on sent dans les drogueries de marine ou les vieux magasins d'accastillage : une odeur de vieille corde de bâteau ! J'imagine que la description que j'en fait ne doit guère mettre l'eau à la bouche, et je conçois que c'est très spécial, il faut oser, il faut aimer, mais je suis du genre à aimer les choses un peu atypiques, les goûts un peu particuliers, ce qui sort de l'ordinaire, et franchement, cela me plait. Ainsi, ma grande tasse de thé fumé est devenue pour moi le petit plaisir des fins d'après-midis de week-end car c'est un thé que je ne pourrais pas boire le matin au petit déjeuner, en revanche, pour une fin d'après-midi d'automne, quand le ciel est plombé et la pluie imminente, quand il fait bon rester chez soi, c'est un vrai plaisir... Ne manque plus que le feu de cheminée pour aller avec !

Curieuse de nature, j'ai tout de même fait quelques recherches sur l'origine et l'histoire de ce thé qui s'appelle donc le Lapsang Souchong. C'est un thé noir de Chine, fumé au-dessus d'un foyer d'épicéa et considéré comme l'un de ceux dont la saveur est la plus marquée.

Pour la petite histoire, il aurait été le thé favori de Sherlock Holmes qui l'appréciait avant, pendant, ou après sa pipe... Ce qui me fait me remémorer que j'adorais l'odeur de tabac de la pipe de Papa, à l'époque où il fumait encore la pipe quand j'étais petite fille. Je crois que ce tabac s'appelait l'Amsterdamer. Ce pourrait-il que le goût et l'odeur de ce thé me ramènent justement à ce doux souvenir ?

mardi 27 septembre 2011

Laissez parler les p'tits papiers...

Très joli spot pour sensibiliser tout un chacun à l'importance du recyclage...


 Et tant qu'on est dans les actes engagés, j'ai découvert en recherchant qui chantait cette version des Ptits Papier sur le spot, une toute autre version reprise par Jeanne Balibar, Bertrand Cantat & Co, ayant formé pour l'occasion le collectif "Liberté de circulation", pour soutenir les étrangers en situation irrégulière :

lundi 26 septembre 2011

Vous parler de Muze...

Parce que Muze n'est pas un magazine comme les autres...

Parce que Muze ressemble plutôt à un beau livre qu'à un magazine...

Parce que dans Muze, il n'y a aucune publicité... et ça me plait d'en faire pour eux !

Parce que enfin, il s'agit d'un magazine où l'on parle de culture, de lecture, d'écriture, où des dossiers de fond très intéressants sont traités...

Parce qu'il s'agit d'un magazine dans lequel vous pouvez être publié(e)...

Parce que tout, de la première à la dernière page est intéressant...

....

Le dernier numéro d'automne vient de sortir, avec plein de dossiers intéressants. Si vous ne connaissez pas encore, essayez ! Alors certes, le prix peut refroidir (12,90 €), mais je rappelle qu'il s'agit d'un bel ouvrage épais, imprimé sur du beau papier, qui n'est pas pollué par la publicité (et ça, c'est appréciable) et qui donnera quelques chouettes heures de lecture et de culture. Chez moi, on ne le trouve pas en kiosque mais en librairie. Et si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à cliquer sur le lien MUZE dans mes favoris à droite, vous serez ré-orienté vers leur site.

Bonne lecture !

dimanche 18 septembre 2011

Rosa Candida...

J'en parle à chaud parce que je viens de le finir... Et il faut que j'en parle à chaud !

J'ai refermé ce livre, en larmes... En sanglots même ! Cela m'arrive de temps en temps je l'avoue, mais pour qu'un livre me fasse sangloter à ce point, c'est qu'il m'a remuée !

Alors oui, de gros sanglots me secouaient, mais pas parce que c'était triste, juste parce que c'était tendre, émouvant, bouleversant et frais, parce qu'Arnjoltur, le personnage central, un peu candide, un peu naïf, un peu ingénu était extrêmement attachant et parce qu'on ne peut s'empêcher de penser que la petite Flora Sol est un angelot tombé du ciel !

Ce roman écrit par une femme mais dont le narrateur est un jeune homme, se déroule "hors temps et hors lieu", c'est-à-dire qu'on ne sais pas du tout à quelle époque cela se déroule ni dans quels endroits... Alors l'imagination fonctionne à fond, et j'aime cela ! Il s'agit en quelque sorte du road-movie initiatique d'un jeune homme épris d'horticulture, papa "malgré lui" qui part à la découverte et la recherche de son "moi", à la découverte de sa vie d'adulte. Mon imagination m'a fait penser que le narrateur quittait son Islande natale pour rejoindre une contrée isolée quelque part en Grèce... Mais je me trompe peut-être !

Je suis encore si bouleversée par la douceur de l'histoire, par la tendresse qui s'en dégage, par la beauté de la description des sentiments et des situations, que je ne vais pas vous en faire un résumé...

... Juste vous parler de la petite Flora Sol, de Frère Thomas, du Monastère, de la maman décédée mais toujours présente, de la rose à huit pétales, du plus beau jardin du monde, d'un coin du monde hors du temps, de l'enfant-Jésus, du vitrail, d'Anna, de Josef, du Papa attentionné et de l'amour et de la pûreté qui dégouline de partout ! C'est réconfortant et fondant comme un bonbon, c'est poétique et émouvant...

Lisez-le ! .... Et dites-moi ce que vous en avez pensé... Et dites-moi également ce que vous en avez pensé si vous l'avez déjà lu, car comme je le disait, pour qu'un livre me fasse pleurer ainsi à gros sanglots, c'est qu'il y a quelque chose de spécial. Et d'ailleurs, il y a quelque chose de spécial : quand on arrive à la fin du livre, on se dit que rien ne s'est passé par hasard : la main de Dieu était là !

mercredi 14 septembre 2011

Etre ou ne pas être à la page !

J'ai pour habitude de lire plusieurs livres en même temps :
- celui du soir au coucher
- celui de l'après-midi le week-end
- celui du trajet en tram le matin
- celui qui se lit facilement pour me détendre
- celui qui est plus sérieux quand je suis en capacité de me concentrer
- .......

Bref, j'ai toujours un livre sous la main pour chaque moment de la journée ou selon mon état d'esprit...

Et il y a une chose que j'ai en sainte horreur, c'est corner les pages pour se rappeler où l'on est rendu : sacrilège ! Comment peut-on corner et donc abimer une page de livre (voire plusieurs !) ?

C'est pourquoi j'ai à ma disposition un éventail de marques-pages ! Je les adore ! Je les trouve dans ma librairie favorite de Rivétoile, un tourniquet rempli de très jolis marques-pages. Si bien que régulièrement, quand je vais flâner là-bas, je reviens bien souvent avec un de plus pour ma collection ! Le libraire de ma très chère "Droguerie Maritime" de Saint-Malo m'en donne également un à chaque fois que j'achète un livre chez lui, et ils sont également très sympas. Ils ne figurent pas tous sur la photo, j'en donne souvent (Maman en a d'ailleurs quelques uns !), et chaque fois que j'offre un livre, j'en insère un qui correspond à la personnalité de la personne, ou dont le motif lui plaira.

Au fait...... S'ils sont étalés sur la table, là.... ça veut dire que j'ai perdu la page de tous les bouquins que j'étais en train de lire !!!!

-----------

Petit message pour Melle Shang : je voulais mettre un commentaire sur ton blog hier, mais impossible de le valider, je ne comprends pas pourquoi, blogger ne reconnaissait pas mon compte ! Je voulais donc te dire merci pour ton gentil message, et que je viendrai souvent te rendre visite : nous avons effectivement beaucoup de goûts en communs, notamment musicaux ! A tout bientôt donc, en espérant qu'à l'avenir, je réussisse à commenter tes billets !

Merci aussi à Adeline ! Et à toutes celles qui me suivent !
Bises